accueil

VIDYA-KELIE JUGANAIKLOO

Magnetic Tango

2019 | 3:40

Lieu: Relais de Belleville


Biographie de l'imagination

Vidya Kelie est née au Mans, a grandi en banlieue parisienne et a étudié aux Beaux-Arts d'Angers. L'imaginaire de Vidya Kelie se dit avec le mystère des étoiles, ses rêves nocturnes, les forces magnétiques, les algorithmes, le sensible et la splendeur du corps, l'abstraction de la physique, la vibration de la musique.

Ses images, ses représentations expriment l'universalité de nos vies de nos amours les plus passionnés à nos énergies connectées et manifestent aussi le mystère de l'existence autant que de son étrange miracle et de son infini.

Faits et œuvres marquantes :

La musique a une place importante dans la vie de Vidya Kelie. À 3 ans, elle commence la musique et le solfège. Elle fera le conservatoire, étudiera le piano, le violon et surtout le chant. Elle perd sa voix en 2018, mais elle gardera un amour pour tout ce qui est abstrait et vibrant comme la musique, énergie qu'elle transcrira dans son travail de plasticienne. 

Son père est indien (île Maurice) comme son nom et son prénom Vidya qui signifie "connaissance". Pourtant elle aime à dire qu'elle adore ne pas savoir, ce mystère de l'inconnu que l'on retrouve dans son travail. Le couple de ses parents (français/indien) lui a permis dit-elle "la transcendance des frontières pour connecter les hommes par l'amour."

Son père est physicien et sa mère cantatrice. La physique, l'astronomie et plus largement la science est une source d'inspiration majeure pour l'artiste. Dans "We are not god II" (2017) elle grave sur du granite, pierre la plus résistante au monde qui a une vie de 10 000 ans, ce qui pour elle est le message essentiel à laisser au futur. Ce sont des formules mathématiques pour créer un objet qui représente la noosphère, c'est-à-dire la couche pensante de l'humanité qui peut être représentée par une énergie. L'unicité des esprits est un thème qui revient dans les œuvres de Vidya, donnant à penser que l'être humain vit dans l'illusion d'être un individu unique et par là dans celle d'être dans une unicité qui lui échappe.  

Dans "Landmarks" (2019), l'artiste grave sur du bois ou de la pierre, la représentation des constellations composées à partir d’un alignement d’étoiles précis qui diffèrent à chaque lieu et à chaque moment à l'heure même de ses propres étreintes avec un être cher ou des étreintes qu'elle collecte du témoignage d'autres personnes.